Le mot de la fin N°1 : ERICK

Chaque mois, nous réalisons une interview métier d’un membre de l’équipe d’Ecovelo. Cette édition déroge un peu à règle car c’est Erick qui nous quitte à la fin du mois, qui a répondu à mes questions ! 

 

Salut Erick, peux-tu te présenter ?

« Erick, 27 ans, originaire de Grenoble. Depuis plus de 3 ans chez Ecovelo. Presque 4… En tant que chef de projet. »

 

As-tu toujours occupé le même poste chez Ecovelo ?

« Officiellement oui. Au commencement nous étions 4 dont 2 chargés de projets, ce qui était trop pour la charge de travail que nous avions à l’époque. Donc officieusement, le matin j’étais commercial et l’après midi chargé de projet. Une fois que nous avons eu assez de projets j’ai très vite arrêté la fonction de commercial et j’ai été le seul à rester. »

Ah tu as donc supprimé l’autre chargé de projet ?

« Il n’est pas resté en effet, c’est ce qu’on appelle « la sélection naturelle » ! Plus sérieusement, quand je suis arrivé en stage nous devions trouver 50 cyclistes pour une campagne. Une fois cette mission accomplie, j’ai demandé à rester et l’autre stagiaire a fait une année de césure. »

 

Question que tout le monde se pose, pourquoi tu quittes le nav… le vélo !?

« J’ai fais le tour, je vais laisser la place aux jeunes ! En vrai, j’ai envie d’autre chose. J’aime les situations chaotiques et les remettre en ordre. Tout roule maintenant chez Ecovélo… »

 

Qu’as-tu prévu pour la suite ?

« Du surf, du snow, du snow, du surf… Un peu de surf et encore un peu de snow ! »

 

Qu’est ce qui t’as le plus marqué pendant ces 4 ans chez Ecovelo ?

« Les coups de ceinture ! (rire) Dur de résumer 4 ans en un événement… En plus, je n’ai pas réellement été marqué par une personne… Ils ne sont pas intéressants ! Mais le moment fort que je retiendrai c’est surement le 1er voyage à Domfront lors de l’implantation des Titibike. J’aime bien le sport mais là c’était du sport de haut niveau ! 3-4 jours sur place au lieu de 1-2 comme prévu. On travaillait jusqu’à 00h dans un garage sombre ou sous la pluie et tout ça en plein milieu de la Normandie. Point positif, on a quand même bien rigolé et c’était une belle situation chaotique comme je les aime ! »

 

De quelle expérience te serais-tu bien passé ?

« Les deux semaines après mon retour de vacances l’été dernier ! Parti pendant 3 semaines, la première semaine l’équipe m’appelait régulièrement car il y avait quelques complications au travail… Puis au Canada, entre le décalage horaire et le réseau qui ne passait pas ils ont arrêté de m’appeler. Ça s’est accumulé et il fallait tout régler à mon retour. »

 

Qu’est ce qui va le plus te manquer chez Ecovelo ?

« D’avoir du travail ! (rire) Non, plus sérieusement, l’ambiance, le côté start-up ! Et manger des PastaBox recroquevillé sur le canapé avant de jouer au baby. »

 

Tu fais du vélo régulièrement non ?

« Oui, quotidiennement… pourquoi ? »

On a justement besoin d’un cycliste bénévole pour promouvoir Ecovelo dans les rues de Nantes, intéressé ?

« (rire) C’est mort !! J’ai déjà posé des enjoliveurs sur mon vélo pendant 2 ans, c’est suffisant ! »

 

Dernière question, où et quand a lieu ton prochain match de Hand pour que tes admirateurs viennent te supporter et contempler ?

« Faut que je regarde… Attends, je vais trouver un match ou on a une chance de gagner ! Le dimanche 18 Novembre, 15h, gymnase Gaston Serpette – Nantes contre Guérande ! »

 

Le rendez-vous est pris merci Erick.

« Merci ! »

 

Pas de commentaire

Commenter