Pourquoi tant de haine envers les cyclistes ?

Les relations entre cyclistes et automobilistes sont bien souvent conflictuelles. Parfois, elles tournent carrément à la guerre.
Pourquoi tant de haine  ?

Tom Stafford, maître de conférences en psychologie et sciences cognitives à l’université de Sheffield (Royaume-Uni), affirme que ce ressenti envers les cyclistes ne serait pas causé par leur comportement parfois dangereux mais plutôt par le fait qu’ils brisent les règles morales de la route. Comment cela se traduit ? Suivez le guide :

1. Ils grillent les feux rouges

Et manquent d’écraser quelques piétons sur leur passage.

2. Ils doublent par la droite

C’est effectivement autorisé, mais cela fait peur et est risqué. Les réflexes des automobilistes sont moins bons dans cette situation et c’est ce qui les effraie le plus.

3. Ils refusent de mettre un casque

Le casque vélo c’est comme la ceinture en voiture : obligatoire ! Cyclistes, arrêtez de jouer avec votre vie et portez un casque ! Si vous cherchez un casque stylé pour frimer à vélo, c’est par ici que ça se passe.

4. Ils roulent sur les trottoirs

Parce que ce n’est pas un sens interdit qui arrêtera un cycliste… 

5. Parfois, ils se déplacent en groupe et non pas les uns derrière les autres

Tous de front sur la route, les automobilistes ne peuvent doubler… ce qui les énerve fortement!

En plus ils sentent mauvais l’été. Quoique… avec le développement du vélo électrique cette excuse est de moins en moins valable.

Allez cyclistes, automobilistes et piétons, respectez un peu plus le code de la route et l’entente n’en sera que bien meilleure! 

Ceci étant dit, le fait qu’une majorité d’automobilistes ne roulent jamais à vélo peut expliquer qu’ils aient du mal à se mettre à la place des cyclistes. En revanche, les automobilistes qui roulent parfois à vélo, connaissent les contraintes de ce mode de transport, et peuvent ainsi comprendre les comportements parfois abusifs des cyclistes.

Si vous désirez avoir plus d’informations sur le monde des vélos en libre-service, suivez-nous sur les réseaux sociaux.

Pas de commentaire

Commenter